27 juin 2012

La mission Crudessence


Pour David Côté et Mathieu Gallant, Fondateurs de Crudessence (http://www.crudessence.com), l'alimentation vivante représente un art de vivre, plutôt qu'une diète. J'aimerais partager avec vous leur philosophie que j'ai découvert en profondeur à travers leur livre Crudessence, avec lequel je m'amuse follement. Ils ont deux restaurants et un comptoir à Montréal, une boutique en ligne ainsi qu'une école d'alimentation vivante. Les cours offerts sont merveilleux, autant que leurs recettes croquantes et craquantes, dont certaines se retrouvent généreusement sur leur site internet... bonne découverte!

Leur essence à travers le cru se veut d'abord un acte politique révolutionnaire : Manger c'est voter à chaque bouchée, une révolution en douceur, par l'assiette et par le plaisir!  Effectivement, le pouvoir qu'ont les aliments de changer le monde en dirigeant le pouvoir d'achat vers des entreprises responsables est gigantesque. Nourrir l'économie locale et tisser de nouveaux liens économiques sont essentiels pour sortir de l'impasse de la mondialisation.

Économiquement engagé : La bouffe mène le monde! Puisque les choix des populations guident les tendances de l'industrie, nous avons la responsabilité commune de soutenir; par notre pouvoir d'achat, les entreprises qui encouragent le bien commun.

Ils appuient aussi une alimentation responsable favorisant les produits locaux, végétaliens et biologiques.

Biologique : Certes, nous sommes les seuls responsables de l'équilibre de notre corps, mais nous sommes collectivement responsables de celui de notre environnement. (...) Un aliment vivant est pour nous un aliment qui a encouragé la vie sur son passage, de la graine à l'assiette, en passant par les travailleurs et aboutissant à chacune de nos cellules.

Local : Les aliments cultivés localement nous permettent d'éviter le transport outre-mer, le développement de la monoculture internationale et la spéculation alimentaire. (...) Les liens économiques locaux sont, en effet, les fibres d'un réseau important : donner du travail à notre communauté tout en investissant dans le développement durable de notre région et de notre pays.

Végétalien : La viande a bien mauvaise presse. Voici une liste des impacts de l'élevage de bétail :
Déforestation pour pâturage, cruauté des abattoirs, utilisation d'hormones de croissance, océans qui se vident, utilisation de ressources (eau et céréales) pour nourrir les bêtes, haute concentration de pesticides, impact sur la santé humaine.

Et bien entendu, Crudessence opte pour le cru en raison des bienfaits pour la santé:

La Médecine dans mon assiette!
Autrefois, alimentation et médecine ne faisaient qu'un. Aujourd'hui, nos végétaux sont modifiés pour être gorgés d'eau, colorés, plus sucrés, pour se conserver plus longtemps, résister aux herbicides et être esthétiquement parfais. Malheureusement, ils n'ont pas été modifiés pour devenir plus nutritifs ou médicinaux.

Sur ce plan, nous ne pouvons compétitionner avec ce que la nature a cuisiné pour nous. Les superaliments, les herbes médicinales, les plantes sauvages et les mauvaises herbes sont de véritables trésors de nutrition. Non seulement ils poussent sans l'intervention de l'homme, mais ils sont extrêment riches en nutriments et en composés chimiques bénéfiques. Bien souvent, ils sont à la fois nutritifs, préventifs et curatifs. Ils sont, après tout, à la base de la pharmacopée.




***

J'accueil l'argent dans mon expérience de vie pour pouvoir participer davantage à l'expansion de l'humanité, soutenir mes dépenses en toute tranquillité d'esprit et me sentir davantage libre d'exprimer ma vraie nature a son plein potentiel. Si vous vous sentez l'âme généreuse et l'envie de me soutenir dans ma réalisation, vous pouvez me faire un don via paypal en cliquant sur le lien à votre droite. Merci infiniment!



20 juin 2012

Manger vivant!

Comment voulez vous vous sentir vibrant, emplie de vitalité, en mangeant des aliments dont l'énergie en est une de décomposition?! Vous n'y avez peut-être jamais songé, mais aussitôt qu'un aliment, un fruit, une feuille, une racine est extrait du reste de la plante, voire même de la terre, le processus de dégradation s’enclenche. Dans les quelques heures qui suivent cette déconnection, l'aliment en question est encore vibrant, mais avec le mode de vie que nous prônons actuellement, nos aliments sont rarement consommés à l'intérieur de ce délais. Pensez-y! Les légumes nous provenant du Brésil par exemple, sont cueillis puis triés, puis acheminés jusqu'à nous, puis redistribués, puis mis en vente et achetés... Lorsqu'ils se retrouvent entre vos mains, ils ont peut-être déjà une semaine de mort. Puis vous les mettez dans votre frigo et ne les mangerai probablement pas avant quelques jours encore, lorsqu'ils seront mous et plutôt moches, mais bon... Pour moi, entre manger végé-moche ou chez Mcdo, ... 

Le processus de dégradation est un processus normal à la vie. Il s'installe afin d'aider la matière à retourner à la terre. Ce processus est programmé en chaque être humain et se déclenche lorsque ceux-ci ne vibrent pas assez, la maladie s'installe, les parasites et autres champignons gagnent du terrain... Je n'amplifierai pas la chose, je vous imagine déjà la figure emplie de dégoût. Vous comprendrez donc que nous avons tous à gagner d'adopter pour une alimentation vivante et à augmenter notre taux vibratoire (voir le site d'Éric Hamel www.erichamel.com), surtout si vous souffrez de parasitoses quelconques. 

Manger vivant, c'est d'abord manger cru, mais aussi manger frais. L'une des meilleurs façon de manger frais aujourd'hui, alors que rare sont ceux qui cueille instantanément ce qu'ils vont manger, surtout en hiver, c'est d'opter pour la germination qui activent des processus enzymatiques, et donc la vie. Cela est possible avec les graines et les noix et est fort simple. En plus, ces enzymes accompagnerons votre corps dans son propre processus enzymatique et seront donc bénéfiques pour ceux qui ont de la difficulté avec leur digestion. 

Pour les petites graines comme le trèfle rouge, l'oignon, le fenugrec ou la luzerne, il suffit d'avoir un ou plusieurs pots masons, dans lequel vous laissez trempé une à deux cuillère à soupe des graines pendant quelques heures. Vous refermez les pots avec un moustiquaire ou du coton fromage, tenue par le cerceau du pot mason ou un élastique.  Puis vous rincez les graines et déposez les pots mason à un angle de 45 degré, comme sur l'image ici et vous laisser le tout dans le placard au noir. À tous les jours vous rincer une ou deux fois puis au bout de 4 jours, ou lorsque vous jugez que les pousses sont assez longues, vous laissez les pots une journée à la lumière pour que les pousses développent de petites feuilles, elles sont prêtes à manger. Vous pouvez les ajouter à vos sandwichs, vos salades, ou juste comme ça...

Pour les noix, ils suffis seulement de les activer en les laissant tremper dans l'eau entre 4 à 12 heures, vous pourrez les transformer en délicieuses crèmes, pâtés, desserts, collations et autres recettes crus vraiment génial, vous en retrouverez pleins dans le livre Crudessence, ou sur internet. Voici une petite recette bien simple pour débuter : Lait de noix cru : Faire tremper une tasse de vos noix préférés ou d'un mélange de noix toute la nuit, puis jeter l'eau de trempage et malaxer dans 1 litre d'eau, filtré. Vous garderez bien entendu le lait filtré, mais aussi les résidus de noix qui pourront être réutilisé dans une recette de biscuit croquants par exemple! 

Une autre façon de manger cru est d'intégrer des aliments fermentés, choucroute, yogourt, kombucha, kimchee, kéfir, fromage, Miso, tempeh, tamari, etc... les bienfaits des probiotiques ont été vantés ces derniers temps, je ne vous apprendrez rien en vous disant que ces aliments fermentés aideront votre digestion et votre santé globale. Par contre, n'allez pas croire toutes ces annonces de probiotiques, ceux ajoutés dans les yogourt commerciale sont généralement les mêmes donnés aux animaux pour les engraisser, ils seraient même reliés à la problématique de l'obésité humaine. Les produits biok valent la peau des fesses et ne font que soutenir votre flore déjà présente, sans la construire. Tant qu'à payer chère, il vaut mieux opter pour les capsules de probiotiques de souche humaine, offert par la compagnie Flora. 

Une petite recette de yogourt de noix tiré de Crudessence, un vrai délice!:

3/4 de tasse de noix de cajou
1 1/4 d'eau
3càs de nectar d'agave
5g de base de yogourt 
1/8 càt d'agar-agar
2 càs d'eau
2 càs d'huile de noix de coco, fondue

Faire tremper les noix de cajou pendant 4 heures, puis bien rincer. Jeter l'eau de trempage.
Au mixeur, broyer les noix de cajou, l'eau et le nectar d'agave en une crème onctueuse.
Ajouter la base de yogourt et mélanger.
Mettre le mélange dans un pot en verre de 500ml, type Mason. Fermer hermétiquement avec une pellicule plastique. entourrer et serrer le plastique avec l'anneau de métal du pot, ou un élastique, pour en assurer l'étanchéité.
Mettre au déshydratateur à 40degré celcius pendant 8 heures (à défaut d'avoir un déshydratateur assez grand pour que le pot tienne debout, ou d'avoir un déshydratateur tout court, vous pouvez mettre le pot dans votre four avec la lumière ouverte pour toute la nuit.).
***
Dans une casserole, mettre l'eau et l'agar-agar et porter à ébullition.
Pendant ce temps, mettre le yogourt au mixeur et incorporer l'huile de coco fondue alors qu'il tourne.
Une à deux minutes après l'ébullition, le mélange eau et agar-agar doit avoir une texture un peu collante et une couleur blanchâtre. Bien mélanger, puis ajouter au mixeur et incorporer en laissant tourner brièvement.
Mettre le yogourt au réfrigérateur et laisser durcir au moins 1 heure.
Se conserve 1 semaine au réfrigérateur dans un contenant hermétique.


Bonne santé!

***

J'accueil l'argent dans mon expérience de vie pour pouvoir participer davantage à l'expansion de l'humanité, soutenir mes dépenses en toute tranquillité d'esprit et me sentir davantage libre d'exprimer ma vraie nature a son plein potentiel. Si vous vous sentez l'âme généreuse et l'envie de me soutenir dans ma réalisation, vous pouvez me faire un don via paypal en cliquant sur le lien à votre droite. Merci infiniment!




13 juin 2012

Vous êtes beaucoup plus intuitif que vous ne pouvez le croire.

Je parle souvent d'intuitions et d'avoir confiance en elles. J'ai conscience que nous sommes tellement déconnectés de notre réalité et qu'en s'en remettant aux dires des autres il peut paraître difficile de concevoir ce que les intuitions sont...

Vous est-il déjà arrivé de dire : je le savais, j'aurais pas dû t'écouter, ou je le savais, j'aurais pas du faire ça, ou encore, le pire c'est que j'y avais pensé, etc... Eh bien, ça c'était votre intuition que vous avez encore une fois mise de côté, probablement par manque d'estime de soi, de confiance en soi, pour suivre le rationnel de quelqu'un d'autre ou même le vôtre! 

Ça reste que c'est tout de même subtile. Certain s'attendent a des signes clairs, comme une pancarte sur l'autoroute qui leur serait adressée personnellement du genre : VICTOR, PRENDS LA PROCHAINE SORTIE, alors que dans la vie ça ne se passe pas réellement comme ça. Vous aurez probablement un flash, une envie de prendre cette sortie, alors que ce n'était pas votre parcours prévu. Étant donné les circonstances qui vont à l'encontre de votre focus, vous ne prendrez probablement pas cette sortie qui, peut-être aurait pu vous éviter trois heures de trafic en passant par des paysages bucoliques, qui sait... Le problème avec les intuitions, c'est que si on décide de les suivre, on ne peut pas toujours évaluer ce qu'elles nous font épargner. Par exemple, parfois j'ai un flash qui me donne le désir de prendre un verre en plastique pour boire de l'eau, pourtant, mon éthique personnel n'est pas trop du genre plastique. Mais quand ça m'arrive, je ne m'obstine pas, sachant que peut-être je m'évite un verre en verre éclaté en mille morceaux sur mon plancher de béton, mais ça, je ne le saurai jamais! 

Ça ne vous arrive jamais d'avoir le flash d'un accident quelques minutes ou secondes avant qu'il arrive? Et quand ça arrive, que le verre d'eau tombe sur le plancher ou que votre enfant s'enfarge dans la boite qui traînait là, vous vous dites, je l'avais vu venir celle-là?! Et bien, quand ça m'arrive, je préfère prévenir que guérir et je déplace le verre. C'est difficile de déterminer s'il s'agit d'une intuition ou du simple fait de voir du danger partout, étant donné que je ne suis pas très parano comme personne, j'estime qu'il s'agit de mes intuitions. 

Dans le livre La Prophétie des Andes, si je me rappel bien, il y a un exercice fort intéressant. Il s'agit de prendre le temps d'observer deux avenues, deux chemins afin de constater lequel est le plus invitant au niveau énergétique et de le suivre. J'ai souvent fait cet exercice en forêt, dans un état de confiance, en optant pour du hors piste, et cela m'a toujours ramené sur mes pas.

Alexandre Nadeau (www.alexandrenadeau.com) offre de merveilleux exercices dans son livre L'essence du Bonheur, pour se reconnecter avec son essence et agir en conséquence. Essence et intuitions s'apparentent. Plus vous vous connaîtrez, plus vous serez en mesure d'agir selon vos aspirations, et donc de cheminer sur la voie du bonheur. D'ailleurs, comme le dit Caroline Myss, avez vous besoin d'une insigne illuminée pour savoir que vous êtes malheureux? Pour ceux qui veulent approfondir leur cheminement personnel dans cette direction, Spiralis (www.spiralis.ca), spécialisé en communication Non Violente, offre un atelier de 5 jours du 10 juillet au 15 juillet intitulé INTÉGRITÉ : approfondir sa conscience de soi pour accéder à sa liberté intérieure...


J'estime que la plupart d'entre-nous est en mesure de déterminer s'ils se sent bien ou non. Nous sommes des êtres intuitifs, beaucoup plus que vous ne pouvez l'imaginer, suffit de se faire confiance. C'est par essaies et erreurs que vous arriverez à mieux comprendre vos vibrations et à mieux les suivre. Je vous souhaites de tenter votre chance sur le chemin du bonheur. Après tout, c'est une décision qui vous reviens de plein droit.

***

J'accueil l'argent dans mon expérience de vie pour pouvoir participer davantage à l'expansion de l'humanité, soutenir mes dépenses en toute tranquillité d'esprit et me sentir davantage libre d'exprimer ma vraie nature a son plein potentiel. Si vous vous sentez l'âme généreuse et l'envie de me soutenir dans ma réalisation, vous pouvez me faire un don via paypal en cliquant sur le lien à votre droite. Merci infiniment!

6 juin 2012

L'allaitement

Avant même d'accoucher de ma première, Elfée, je savais que je voulais allaiter, le plus longtemps possible. Je savais que c'était ce qu'il y avait de mieux pour mes enfants, et pour moi, et je n'ai jamais douté de ma capacité à le faire. Par contre, ça ne s'est pas passé exactement comme je l'aurais voulu la première fois et cela m'a permis d'avoir un peu plus d'humilité et de ne pas porter de jugement lorsque je vois un poupon allaiter au lait de vache...

Bref,... D'abord, Elfée ne buvait pas beaucoup, à sa première journée j'avais dû lui fournir de mon lait à la cuillère, elle ne voulait que dormir et la sagefemme insistait pour que je la nourrisse aux deux heures étant donné son petit poids... C'était tout un nouvel apprentissage, pas seulement l'allaitement mais avoir un enfant, tout était nouveau, Elfée pleurait beaucoup, dormait peu, elle avait un genre d'insécurité et pour moi c'était important d'être disponible pour elle, pour l’accueillir dans ce nouveau monde. Mais ça a été très exigeant, j'étais vidée, inconfortable lorsque j'allaitais, je sentais qu'elle me soutirait jusqu'à la dernière goutte...Allaiter n'était même pas agréable, mais je m'obstinait à poursuivre, c'était tellement important pour moi. 

Je ne voulais pas remettre mon allaitement en question. J'aurais sauté à la figure de tous ceux qui stipulaient que je n'avais pas assez de lait. Et pourtant, avec du recul, je pense qu'Elfée avait faim. Elle bavait constamment et on remettait ça sur la pousse des dents, mais ces dents ne sont pas apparus avant ces 20 mois... Mes seins n'avaient pas grossis beaucoup, elle ne buvait pas très longtemps, mais souvent, et comme ILs disaient de la faire boire au deux heures et plus, je m'obstinais à regarder le cadran pour déterminer si elle pleurait parce qu'elle avait faim...

Elle s'est mise à se débattre au sein, elle ne semblait pas confortable, selon l'ostéopathe elle était un peu coincée. À trois mois elle a commencé à faire de l'eczéma. C'est devenu assez important, l'impétigo s'y est installée et tous mes moyens d'herboristes n'ont pas su combler ses démangeaisons, je voyais bien qu'elle ne se pouvait plus, on a consulté et on a appliqué un peu de crème à la cortisone.

J'ai consulté une kinésiologue et grâce à elle, j'ai compris que je mangeais beaucoup de chose qui compromettait mon allaitement, particulièrement les produits soufrés. Le souffre stimule le foie à se détoxifier, mais le foie des nourrissons n'est pas encore assez mature pour en absorber en trop grande quantité. Je mangeais beaucoup d'ail et d'oignon à l'époque, sans parler de brocolis et d'autres choux... ET je ne m'étais jamais rendue compte, avant de les couper complètement de mon alimentation, que je ne les tolérais pas très bien, cela me donnait à moi même beaucoup de gaz et d'inconforts digestifs. Elfée avait mal au ventre elle aussi, elle avait compris bien avant moi que la source de ces inconforts était en mon sein... et elle le refusait, se débattait d'avantages, et avant que je réajuste mon tire, je n'avais presque plus de lait (enfin, c'est difficile à dire, parce qu'on ne le voit pas...) et elle avait énormément faim...

Je me suis résolue, à 4mois et demi (Je sais que pour beaucoup, cela représente un allaitement de longue durée, mais pour moi c'était bien trop peu) à lui donner du lait commercial, ce fut une vraie révélation. D'abord pour elle, petit curieuse qu'elle était, elle pouvait boire tout en observant partout, elle pouvait manger à sa faim, et puis pour moi, parce que ça ne me soutirait plus tout mon jus, même si le processus est un peu plus complexe que celui d'allaiter naturellement. Comme je n'aimais pas l'idée de l'allaiter par une vache, même si tout le monde me dit que ce n'est pas si pire que ça, qu'ils ont tous été allaité industriellement et n'en sont pas mort, j'ai commencé à lui donner des purées de légumes racines à partir de cet âge, ravie, elle dévorait...

Pour mon deuxième allaitement, je me sentais mieux outillée, par contre, durant ma grossesse, j'ai quand même sombré dans l'inquiétude de ne pas y parvenir. Noah a six mois et bois encore au sein. Voici ce qui m'a aidé:

La visualisation: C'est fort puissant.Vers ces 4 mois, j'ai été alité pendant une semaine, malade d'un virus vraiment virulent, après cette session, j'avais l'impression d'avoir moins de lait, et j'étais inquiète parce qu'on m'avait dit qu'a cet âge là les bébés avaient une poussée de croissance qui pouvaient être vraiment difficile et je voulais la franchir avec succès. Mais Noah aussi avait été malade et n'avait probablement pas plus fin qu'a la normale (surtout ne pas écouter se qui se dit, se fier à ses intuitions). Mais au lieu de me fier à mes intuitions j'ai sombré dans la peur de ne plus avoir assez de lait et de répéter ce qui était arrivé pour Elfée. Jusqu'à ce que ma mère me dise que j'étais en train de me forger un beau moule (avec ironie)... J'ai donc changer mon scénario pour m'imaginer les seins comme deux fontaines de lait.  Noah s'est remis à boire goulûment.

Les produits soufrés : J'ai coupé tous les produits soufrés de mon alimentation, bien avant d'accoucher, cela veut dire plus: oignong, ail, choux, chou-fleur, brocoli, rapini, kale, radis, raifort, moutarde, choux de bruxelles, navet, tapsoi, bockchoi, etc...

Favoriser la tétée : Comme je savais que la lactation est stimulée par la demande, j'ai donné le sein à Noah, à chaque fois que je jugeait qu'il le voulait, même si ce n'était que pour quelques secondes, même si il avait bu il y avait moins d'une heure. En fait, j'ai même compris que les petits bébés, du moins les miens, avait besoin de boire plus souvent. Noah (et Elfée) ne boivent pas très longtemps, mais souvent. une petite gorgée par-ci, une petite gorgée par-là. C'est à la fois sécurisant et nourrissant. Si vous leur offrez ce genre d'allaitement, il se peut que vos seins n'aient pas le temps de se gorger et de devenir dur, cela peut en inquiéter certaines qui penseront qu'elles n'ont pas assez de lait. Fiez-vous plutôt à si vous entendez votre enfant avaler du lait lorsqu'il boit...

Le Poulet : Quand on est allée faire une virée au Mexique l'an passée, j'ai rencontré une chinoise qui m'avait dit que les femmes dans son pays, après l'accouchement, se repose beaucoup et boivent du bouillon de poulet sans arrêt, du poulet, du poulet, juste du poulet avait-elle dit... Même la tante à Wesley, une Philippiennes, m'avait offert du bouillon de poulet à Elfée en me disant que ça aiderait ma production de lait. Alors soupe, bouillons et poulet ont étés au menu pratiquement à tous les jours des premiers mois, c'est vraiment efficace.

Les plantes : Voici quelques plantes qui favorisent la lactation, j'en aie abusée: Fenugrec, Fenouil, Ortie, Framboisier, Pissenlit, Guimauve. Surtout éviter celles qui nuisent à la lactation : Achillée Millefeuille, Persil, Menthe, etc...

Masser les seins : pour les stimuler, un massage mammaire fréquent aide à augmenter la lactation. 

Visite chez l'ostéopathe : Planifiez une visite chez l'ostéopathe pour votre nouveau né dans le mois suivant sa naissance. L'accouchement n'est pas intense uniquement pour vous, et dépendant de plusieurs facteurs, le corps de votre enfant peut avoir été perturbé durant le travail. Un déplacement de mâchoire, par exemple, peut être à la base de troubles d'allaitement...

N'écoutez pas ce que les autres disent; combien de lait devrait-il boire? Combien de fois par jour? Combien de temps devrait-il être au sein? Fiez-vous à votre instinct. Pleure-t-il tout le temps? Bave-t-il parce qu'il a faim? Lorsqu'il boit, l'entendez-vous avaler goulûment? Y a-t-il du lait qui sort de vos seins (immédiatement ou après quelques temps de stimulation?)... Encore une fois, l'idée c'est d'avoir Confiance et de se fier à ses intuitions!

***

J'accueil l'argent dans mon expérience de vie pour pouvoir participer davantage à l'expansion de l'humanité, soutenir mes dépenses en toute tranquillité d'esprit et me sentir davantage libre d'exprimer ma vraie nature a son plein potentiel. Si vous vous sentez l'âme généreuse et l'envie de me soutenir dans ma réalisation, vous pouvez me faire un don via paypal en cliquant sur le lien à votre droite. Merci infiniment!