31 octobre 2012

Parenthèse sur les protéines animales




La pensée populaire que la viande amène des forces est plutôt trompeuse. Cela a été clairement démontré, lors de la Première Guerre mondiale et la Seconde, en temps de privatisation chez les populations de certains pays comme le Danemark, la Norvège, l’Angleterre et la Suisse. Les gouvernements avaient alors recommandés de cesser de s’orienter vers la production de viande et d’alimenter directement les citoyens avec les céréales réservées au bétail. * Les scientifiques ont alors remarqués que cela avait eu un impact drastique sur la diminution du taux de mortalité et une amélioration de la santé générale. D’ailleurs, les peuples détenant les records de longévité mondiaux (les Vilcambas des Andes en Équateur, les Abkhasians de la Mer noire en URSS et les Hunzas en Himâlaya, au nord du Pakistan), sont complètement végétariens, à quelques exceptions près. Non seulement les gens vivent longtemps, mais ils jouissent d’une vie active et bien remplie et ne montrent aucun signe de maladies dégénératives qui affligent les personnes âgées dans notre culture. *




Jonh Robbins a écrit un best seller avec Se nourrir sans faire souffrir. Ce livre, encore d’actualité mériterait à être rééditer aujourd’hui. Biensûr, le concept des quatre groupes alimentaires de base n’est pas faux uniquement parce que ce sont le Conseil laitier national et le Comité national du bétail et de la viande qui en font la promotion, stipule-t-il. * Mais en dehors des études publiées par ces entreprises, la science n’a jamais réussi à prouver que l’effort physique demandait au corps beaucoup de protéines. En fait, ce qui lui donne de la force, ce sont plutôt les glucides (hydrates de carbones). Il est vrai que le corps a besoin de protéine pour remplacer les enzymes, régénérer les cellules sanguines, faire pousser les cheveux, produire des anticorps, et accomplir certaines autres fonctions spécifiques. *

L’apport nutritionnel en protéines recommandés aujourd’hui est de 0,8 à 1 g kg/jour, cela représente de 9 à 12 % des calories quotidiens, tandis qu’en 1990, celui si oscillait entre 3 à 8 % des calories quotidiennes, 8% figurant à titre de précaution, incluant une marge de sécurité substantielle afin que les besoins de chacun soient satisfaits adéquatement.* En réalité, cette marge, qui a amplement augmentée aujourd’hui, semble être plutôt bénéfiques pour les portefeuilles des compagnies laitières et les producteurs animaliers.



Nos besoins journaliers en protéines peuvent être largement comblés par une alimentation végétarienne, voire même végétalienne. D’ailleurs, une consommation excessive en protéines ne semble que nuire à notre santé. Il existe un rapport direct en constant entre la consommation excessive de protéines et la résorption osseuse. En effet, une alimentation riche en protéines entraîne un bilan en calcium négatif, de même que la décalcification progressive des os, même lorsqu’il y a un apport très élevé en calcium*. C’est que les protéines sont des substances très acides et que le corps utilise ces réserves en calcium, pour les tamponner. Si celles qui sont en circulation dans le sang sont épuisées, celui-ci ira les chercher directement dans nos os. Pour améliorer l’état général du système musculo-squelettique, il faudrait plutôt diminuer sont apport en protéines, plutôt qu’en augmenter celui en calcium. D’ailleurs, méprenez-vous. Le lait, n’est pas une source intéressante de calcium.

Un régime riche en protéine, donc acide n’est pas qu’à la base de l’ostéoporose, il favorise les calculs biliaires et rénaux, l’affaiblissement général des reins, et toutes autres pathologies reliés à un terrain acide, soit l’affaiblissement général de l’organisme.

* ROBBINS, John. Se nourrir sans faire souffrir. Les éditions internationales Alain Stanké, New hampshire, 1990.

J'accueil l'argent dans mon expérience de vie pour pouvoir participer davantage à l'expansion de l'humanité, soutenir mes dépenses en toute tranquillité d'esprit et me sentir davantage libre d'exprimer ma vraie nature a son plein potentiel. Si vous vous sentez l'âme généreuse et l'envie de me soutenir dans ma réalisation, vous pouvez me faire un don via paypal en cliquant sur le lien à votre droite. Merci infiniment!





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire