19 décembre 2013

Vous avez été promus à une vie meilleure!

Toute transition implique le deuil. Nous avons en nous toutes les capacités pour percevoir (et créer) chaque transition en promotion, même si cela ne nous est pas indiqué clairement lorsque notre partenaire nous quitte ou encore que nous perdons notre emploi. Et puis même si nous sommes visiblement promue à, par exemple, un travail dans les bahamas, comme nous le souhaitions depuis si longtemps, une période de deuil s'impose tout de même.

Se départir de notre réalité présente pour traverser vers ce à quoi la vie veut nous mener, est tout de même chamboulant. Quitter le présent (déjà devenu passé), nos vieilles habitudes, notre logement, amis, entourage, travail, etc... éveil en chacun de nous un sentiment d'incertitude. En déséquilibre sur le fil qui est tendu entre les deux rives, nous nous sentons généralement comme des funambules vertigineux devant le grand mystère de l'inconnu.

En face de la transition, une partie de nous se meurt, et même si nous ne la trouvions pas nécessairement plaisante jusqu'à maintenant, l'attachement et la sécurité nous retient. Serait-ce l'égo qui a peur de lâcher-prise? petit coquin va! Il a été reconnu que la majorité d'entre-nous a tendance à faire perpétuer une situation désagréable, par sécurité, aussi longtemps que cette situation sera dans la mesure du tolérable. Cela se voit grandement en politique! ou encore dans les relations de violence conjugale.

Les transitions vont être plus facile à traverser si on sait en reconnaître les schèmes. Martha Beck, dans son merveilleux livre Finding your own North Star, a disséqué le cycle du changement en 4 étapes. Donc, dans l'ordre, suivant l’événement bouleversant ou catalytique (un choc, une opportunité, une transition, ...) :

1 L'étape de la mort et la renaissance :  à ce stade-ci la plupart d'entre-nous nous sentons comme si nous avions régressé à la case de départ, comme des enfants insécures et malhabiles. Nous sommes alors confrontés inévitablement à une crise identitaire, puisque le changement nous amène à nous redéfinir, à passer de marié à célibataire, de marié à veuf, d'employé à chômeur, de couple à parents, etc. Une partie de nous se meurt, et résiste. Et devant cette résistance, nous avons la chance inouïe d'explorer les profondeurs de notre être, les souffrances latentes, de redéfinir nos besoins, nos valeurs, nos aspirations et éventuellement de reconnecter avec notre vraie nature. Mais c'est une phase déstabilisante, de lâcher-prise oui, mais aussi d'insécurité. Une phase dans laquelle il est permis d'être en mode : je ne sais pas... aussi longtemps que nous ne savons pas! Une phase où il est permis d'être contre-productif, voire même inactif, même si cela n'est pas très bien toléré par les autres. Aucune grande décision ne devrait être prise ici!

2 L'étape de la rêvasserie : Lorsque nous sommes certains que notre ancienne vie est partie pour toujours et que nous avons jonglé avec la confusion d'en bâtir une nouvelle, tranquillement, nous commençons à avoir des visions de ce que notre vie pourrait avoir l'air, ou plutôt de comment nous aimerions qu'elle soit. Ces idées ne sont pas nécessairement rationnelles (en terme de faisabilité), car bien souvent elles proviennent de vos réels désirs, de votre essence (ce qui veut dire qu'elles sont inévitablement faisable, même si votre rationnel ne peut pas comprendre). Ce sont vos rêves les plus profonds qui émergent, vous montrant la direction à prendre pour épouser votre vraie nature. Ces idées nous propulsent généralement à acquérir de nouvelles informations, à retourner sur les bancs d'école ou du moins à monopoliser notre attention sur tout ce qui les entourent.

3 La saga du héro : à cette étape les choses deviennent plus pragmatiques, nous entrons dans l'action pour concrétiser nos désirs. Martha Beck appel cette étape la saga du héros, parce que généralement, nos premières tentatives sont infructueuses. C'est cet acharnement devant l'objectif de réaliser leur rêve qui rend de l'intérêt aux héros. C'est bien beau rêver, mais la concrétisation de nos idées comportent bien souvent une multitude de détails imprévus, qui heureusement nous aide à nous améliorer dans nos créations. Il nous arrive donc bien souvent de retourner à la case du départ avant de pouvoir expérimenter l'étape ultime :

4 La terre promise: l'étape où vous pouvez enfin jouir de votre idéal, dans la facilité et l'aisance. Cette étape n'est pas nécessairement permanente non plus! N'oublions pas que la nature propre de la vie est Anitcha!!